Meet Mei Ling Yap

Mei is a radiation oncologist in Sydney, Australia and has written Global RT’s inaugural blog post. Learn about how she has combined a career in radiation oncology and global health.

Who are you and where do you work?

Mei Yap

Mei Ling Yap

My name is Mei Ling Yap and I am a radiation oncologist from Sydney, Australia. My clinical practice is at Liverpool and Macarthur Cancer Therapy Centres, in the South-western region of Sydney. It is a unique part of Australia, very culturally diverse – so I see an interesting case mix of patients. My clinical sub-sites are lung, breast and gynecological cancers. As well as my clinical role, I keep busy through research, undergraduate and post-graduate teaching and my role as the director of registrar (resident) training.

Why radiation oncology?

I decided to specialize in oncology as I feel that it’s a very ‘human’ specialty. My patients and their families are so inspiring. Working in oncology, one has the potential to help people through what is an important and challenging time in their lives, and that truly is a privilege.

I chose radiation oncology in particular as I felt it was a field where we can make a difference for patients. Radiotherapy is often the primary treatment used to cure patients, in sub-sites such as head and neck, prostate and cervix cancer, to name a few. Achieving cure for cancer patients is a wonderful outcome. Equally as important, I feel, is the ability to palliate incurable patients from potentially distressing symptoms such as pain and bleeding – with radiotherapy able to achieve that in usually more than 2/3 of cases.

How did you become involved in global health, and in particular global access to radiotherapy?

Global health has been an interest of mine since my medical student years at the University of New South Wales, where I was involved in an Australian medical student-run aid organization (MSAP), and did a posting in Chennai, India. It was alarming to witness upfront, the lack of access to medical treatment, which exists in many parts of the world.

In 2008-9 I did part of my radiation oncology training at the National University Cancer Institute in Singapore. I found it interesting to manage a different case-mix of patients (e.g. High incidence of nasopharyngeal cancer), and learn the different cultural perceptions of cancer, which exist there.

It was while I spent a 2-year fellowship at Princess Margaret Cancer Centre (PMCC) in Toronto that I realized that my passions for radiation oncology and global health could be united. Dr Mary Gospordarowicz, at that time the head of PMCC and now UICC, was harnessing members of the radiation oncology community who were interested in tackling the issue of global access to RT. After returning back to Australia, I was fortunate enough to be given the opportunity to work alongside my GTFRCC mentor, Professor Michael Barton, who is an extremely prolific researcher in global cancer health research, as part of his team at CCORE.

What is your role in GTFRCC?

My role in the GTFRCC is as part of the burden and outcomes working group, which is working to define the scope of the need for radiotherapy in low and middle income countries, as well as estimating the benefit in outcomes that radiotherapy would add to these countries. The work that we are performing will be a significant part in the GTFRCC ‘white paper’ to be launched at the UICC meeting in Melbourne in December. I am also part of the GTFRCC Young Leader’s program.

What research are you doing in global health?

At present, I conduct cancer health services research as part of CCORE, Ingham Medical research, Liverpool. The CCORE team, under the direction of Professor Michael Barton, developed an evidence-based model, which estimates the optimal utilization of radiotherapy in a developed country. We are currently adopting this model to low and middle-income countries to measure the optimal utilization of radiotherapy in those countries, with projections up to 2035. We are also estimating the differences between what should be, and what is currently available, in terms of radiotherapy resources – and comparing the present deficit to that of a decade ago.

Why do you think advocacy for improved access to radiation is important?

Advocacy for improved access to radiation oncology will play a central role in achieving the goal of closing the gap in terms of radiotherapy resource provision. We have made huge gains in term of cancer outcomes in high-income countries, but unfortunately cancer in low and middle-income countries has gone largely ignored. This cannot continue! The statistics are harrowing – 70% of cancer deaths occur in low and middle income countries, and cancer causes more deaths worldwide than malaria, TB and HIV put together – yet majority of people are unaware of this. This is where I think globalRT will make a huge difference. We need to communicate these facts, particularly harnessing social media – twitter, facebook etc etc. So readers, go ahead and spread the word!

Where is the most interesting place that your global RT work has taken you?

There have been many interesting visits, but my most recent was to Imam Khomeini Hospital in Tehran, Iran. The radiation oncology department, headed by Professor Peiman Haddad, is currently in the process of some exciting developments. It was especially nice to meet the radiation oncology residents, currently 10 of the 13 are female.

Rencontrez Mei Ling Yap

Mei est un oncologue radiothérapeute à Sydney, en Australie et a inauguré le blog de Global RT. Mei nous raconte comment elle allie une carrière en radiothérapie et en santé mondiale.

Qui êtes-vous et où travaillez-vous?

Mei Yap

Mei Ling Yap

Je m’appelle Mei Ling Yap et je suis un Oncologue Radiothérapeute de Sydney, en Australie. Je pratique la médecine à Liverpool, au centre de traitement du cancer de Macarthur, dans la région sud-ouest de Sydney. C’est une région unique en Australie, avec une grande diversité culturelle et je prends donc en charge des patients de diverses origines. Je suis spécialisée dans le traitement des cancers du poumon, du sein et les cancers gynécologiques. En parallèle de mon activité clinique, j’ai une activité de chercheuse et je m’occupe aussi de l’enseignement pour les étudiants et internes en médecine.

Pourquoi avoir choisi le métier de Radiothérapeute?

J’ai décidé de me spécialiser en oncologie radiothérapie car le pense que c’est une spécialité très «humaine». Mes patients et leurs familles sont tellement enrichissants. Travailler en oncologie nous donne la possibilité d’aider les gens pendant un moment important et difficile de leur vie, et ceci est un réel privilège.

J’ai choisi ce métier parce que je sentais que c’était un domaine où nous pouvons vraiment venir en aide aux patients. La radiothérapie est souvent le traitement principal utilisé pour guérir les cancers, comme par exemple ceux la tête et du cou, de la prostate et du col utérin, pour n’en nommer que quelques-uns. Obtenir une guérison pour les patients atteints de cancer est un résultat merveilleux. Tout aussi important, je crois, est la capacité de la radiothérapie à diminuer les symptômes pénibles tels que la douleur et les saignements pour les patients incurables – et la radiothérapie en est capable pour 2/3 des cas.

Comment êtes-vous impliquée dans la santé mondiale, et en particulier dans l’accès mondial à la radiothérapie?

La santé mondiale a été un de mes intérêts depuis mes années d’étudiant en médecine à l’Université de New South Wales, où j’ai été impliquée dans une association d’aide gérée par des étudiants en médicine australiens (MSAP). J’ai alors pu faire un stage à Chennai, en Inde, où le manque d’accès aux soins médicaux est alarmant, comme dans de nombreuses autres parties du monde.

En 2008-9 j’ai poursuivi ma formation en radiothérapie à l’Institut national du cancer de l’Université de Singapour. J’ai trouvé intéressant de prendre en charge des patients d’origine diverses et de pouvoir observer les différences de perceptions culturelles face au cancer qui existent là-bas.

J’ai ensuite travaillé pendant 2 ans au Centre de Cancérologie Princess Margaret (PMCC), à Toronto, où j’ai réalisé que mes passions pour l’oncologie radiothérapie et la santé mondiale pouvaient être réunies. Dr Marie Gospordarowicz, qui était à cette période la chef du PMCC (et maintenant de l’UICC, l’Union Internationale Contre le Cancer), motivait les membres de la communauté médicale qui étaient intéressés pour s’attaquer à la question de l’accès global à la radiothérapie. De retour en Australie, j’ai eu la chance de travailler aux côtés mon mentor du GTFRCC (Groupe de travail mondial sur la radiothérapie pour le contrôle du cancer), le Professeur Michael Barton, qui est un chercheur prolifique en « santé mondiale et cancers », dans le cadre de son équipe CCORE (Collaboration pour la survie, la recherche et l’évaluation des cancers).

Quel est votre rôle dans GTFRCC?

Mon rôle dans le GTFRCC (Groupe de travail mondial sur la radiothérapie pour le contrôle du cancer) se situe dans le cadre du groupe de travail « conséquences et survie», qui cherche à définir les besoins en termes de radiothérapie dans les pays à revenu faible et intermédiaire et évalue les potentiels bénéfices que la radiothérapie pourrait apporter dans ces pays. Le travail que nous effectuons sera une partie importante du «livre blanc» de la GTFRCC qui sera lancé lors de la réunion de l’UICC à Melbourne en Décembre prochain. Je fais aussi partie du programme des Jeunes meneurs du GTFRCC.

Quelles sont les recherches que vous faites dans la santé mondiale?

À l’heure actuelle, je conduis des recherches sur les services de santé en cancérologie dans le cadre du CCORE (Collaboration pour la survie, la recherche et l’évaluation des cancers), au centre de recherche médicale Ingham, à Liverpool. L’équipe du CCORE, sous la direction du professeur Michael Barton, a développé un modèle qui estime l’utilisation optimale de la radiothérapie dans un pays « développé ». Nous sommes en train d’adapter ce modèle pour les pays à revenu faible et moyen pour mesurer l’utilisation optimale de la radiothérapie dans ces pays, avec des projections jusqu’à 2035. Nous sommes également en train d’estimer les différences entre ce qui devrait être, et ce qui est actuellement disponible, en termes de d‘accès à la radiothérapie.

Pourquoi pensez-vous qu’il serait important de militer pour améliorer l’accès à la radiothérapie?

Plaidoyer pour un meilleur accès à l’oncologie radiothérapie jouera un rôle central pour diminuer l’écart en termes de ressources de radiothérapie. Nous avons largement amélioré les soins des cancers dans les pays à revenu élevé, mais malheureusement le cancer dans les pays à revenu faible et intermédiaire est largement ignoré. Cela ne peut pas continuer! Les statistiques sont terrifiantes – 70% des décès par cancer surviennent dans les pays à revenu faible et moyen et le cancer tue plus, dans le monde, que le paludisme, la tuberculose et le VIH réunis – encore que la majorité des gens ne sont pas conscients de cela. C’est là que je pense globalRT à un rôle primordial. Nous avons besoin de communiquer ces faits, en particulier via les médias sociaux – Twitter, Facebook, etc etc Donc lecteurs, en avant et faites circuler l’information!

Quel est l’endroit le plus intéressant où vous avez travaillé pour global RT?

Il ya eu de nombreuses visites intéressantes, mais la plus récente était à l’hôpital Imam Khomeini à Téhéran, en Iran. Le département de d’oncologie radiothérapie, dirigé par le professeur Peiman Haddad, est actuellement en plein développement. Il était particulièrement agréable de rencontrer les internes en radiothérapie, dont 10 sur 13 sont actuellement des femmes.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply